Français | Occitan | Escrivètz-nos

Vestrepain, Louis (1809-1865)

Somari

Altras fòrmas del nom

Elements biografics

Engatjament dins la renaissança d'òc

Vestrepain_Louis_CAC816 - Copie.jpg

Nascut a Tolosa, botièr de profession, ensaja de prene la dralha de Jasmin, qu’es de son temps  o de son devancièr Godolin e capita de ganhar un prèmi al concors de lengas romanicas  de la Societat Arqueologica de Besièrs.
De 1837 a 1860, l’òbra presenta una varietat bèla de produccions. Trobam de poèmas en rapòrt amb los eveniments : fèstas (La balotcho de Sant-Subra), carnavals (Tribunal carniboro seent a Salvagnac, a Lebignac, a Lasserro), visitas de personalitats nacionalas (Al prince Louis-Napoleoun), de poèmas d’inspiracion politica (Libertat Egalitat Fraternitat), morala (La caritat), religiosa (Tout probo l’existenço de Diou), satirica (Les furets del numerari, ou les banqueroutiès fraoudulouses), dramatica (Le laourié d’uno bastisso nobo ou la mort de Marcèl), comica (La lantèrno-magiquo ou le fillol de Bourniquèl), e tanben de cançons e de poèmas divèrses (Improumptus).

Altras fòrmas del nom

- Vestrepain, Louis-Catherine (pseudonyme)

Elements biografics

Louis Vestrepain nasquèt a Tolosa1 lo 17 d’agost de 1809 e i defuntèt lo 25 de decembre de 1865 (56 ans).
Èra sabatièr coma son paire. Aviá son magasin a Tolosa carrièra de la Poma, al 55 puèi al 66. Sa vocacion poetica l’empachèt pas de contunhar son mestièr tota sa vida. A l’ocasion dels eveniments (carnavals, fèstas, divèrsas) escriguèt poèmas, cançons, satiras, peçòtas dins sa lenga mondina, la lenga del pòble de Tolosa.
S=Botièr e filh de botièr, lo primièr encastre de l’exercici de la poesia, o del cant, èra lo mitan dels companhons : lo talhièr, las fèstas professionalas e recepcions de novèls companhons.
Per l’anecdòta, un de sos ancians aprendís, filh de mèstre companhon cordonièr, que venguèt cantaire e director de l’Opera de Tolosa puèi de París, Pedro Gailhard, testimónia : « Vestrepain avait un culte particulier pour Molière qu’il savait entièrement par cœur et qu’il nous récitait durant nos repos. » (« Vestrepain intime », La Belle chanson du pays de France et des pays d'oc, revue toulousaine, 1911.

Engatjament dins la renaissança d'òc

Coma per Godolin, son las scènas de la vida populara (entre autres las manifestacions carnavalescas) la font principala de son inspiracion. Avèm per exemple una descripcion d’una fèsta (La balocho de San Subra) que C. Torreilles ne fa l’estudi dins Lenga e Pais n° 21 (Dorsièr «  Recit de Fèstas », presentacion de Vestrepain p. 66) :

« La balotcho de San-Subra est le récit de la fête du quartier Saint Cyprien à Toulouse. Fête aquatique, qui se déroule dans les prairies du bord de la Garonne, et sur l’eau : une théorie de bateaux richement décorés transporte le cortège de Neptune et Amphitrite jusque dans l’île de Tounis. La pompe royale du décor rappelle les fastes d’Ancien Régime. Cette fête n’est établie que depuis 1845, grâce à M. Arzac, membre du Conseil de Toulouse, à qui Vestrepain rend hommage, en entonnant à sa manière le chant de la grande fraternisation.

  […] 
Le grand e le petit menatge
Favrejan coumo de bessous,
Manjabon e bebion al brut de tas cansous,
Sans malfisenço ni rancuno

On sent le désir d’insuffler à la fête restaurée et organisée de façon plus ou moins officielle, la ferveur d’une participation populaire qui lui donnera sens. C’est pourquoi Vestrepain insiste dans son poème sur le succès des jeux traditionnels, course en sac, mât de cocagne, en forçant un peu la note du populisme… »


Contemporanèu de Jasmin (1798-1864), Vestrepain es un dels actors de la renaissença occitana del sègle XIX dins lo parçan tolosenc, coma Olympe Benazet (1802-1879)2 o Lucien Mengaud (1805-1877, autor de la cançon « La Toulousaine »). Comencèt de se far conéisser en 1836 amb de publicacions dins los jornals locals : lo Journal de Toulouse li dobrís sas paginas entre 1845 e 1860, las publicacions occitanas Le Gril e La Terro d’òc (« revisto felibrenco e federaliste publicado per l’Escolo Moundino ») lo lausan encara en 1898. Dins sas Mémoires, Léon Géry (1839-1933), un autre autor-obrièr occitan, parla de son amistat e de sa consideracion per Vestrepain que reconeis coma son mèstre.
Es premiat al concors de La Societat Archeologica de Besièrs ont es comparat a Jasmin. Vertat, Vestrepain afortís son admiracion per Jasmin amb dos poèmas (Le coiffur del Parnasso. Epitre a Jasmin en 1839 e Maytinado poetiquo. Dounado per Jasmin en 1851). Mas las relacions van pas perdurar :

Qui me legira saoura

Qu’èy renounçat d’escrioure à l’aounou de Jasmin,
Parço que mon trabal, per un ta grand genio,
Diou pareysse, sans doute, un trabal de gamin,
Car jamay nou m’a dit : L’èy recepiut, mercio ! (éd. 1860, 154) :


Las societats literàrias s’interessan a sos vèrses, mas es pas qu’en 1860 que publica sas òbras acampadas jol títol Las espigas de la lengo moundino.
Coma ne fan l’analisi Robert Lafont e Christian Anatole (Nouvelle histoire de la littérature occitane, PUF, 1970, 2 vol., vol. 2, p. 527) : :

« Ses meilleures réussites, il les atteint lorsqu’il se fait le porte-parole de l’indignation populaire comme dans Les furets del numerari ou Les banquerouties fraoudulouses ou qu’il utilise, à l’imitation de Godolin, l’incohérence de la poésie folklorique dans Les detz coplets de raretas :

A la coeta d’una mosca
An atelat un monard
Per anar tirar la posca
Qu’òm vei al fons de la mar ;
Pel trauc d’una canavèra
D’astronòmes alemands
Sus un bròc de galinièra
An vist pondre d’elefants… »

Lo libret Las abanturos d’un campagnard à Toulouso es editat sièis còps e tres autres seràn tornarmai estampats en 1870 e 1911.
Ni pels francismes emplegats, Vestrepain manten pasmens unes biaisses de dire plan occitans coma o fan remarcar Louis Ariste e Louis Braud (L’Histoire populaire de Toulouse) : 

« Ce poète s’efforça de rechercher des anciens mots et des tours de phrase de langue "moundino " que le temps tendait à modifier au bénéfice de tournures françaises :

  Grasso coumo un clabèl
Mouflo coumo un ayssèl
Bentrut coumo un rastèl
Et poumpillat coumo un gistel
Soun payre farinèl
Al mouli del Castèl… »

(Tirat del poèma Le Filhol dé Bourniquèl

E d’ajustar :

«  Ce fut le vrai poète des foules, le chanteur obligé de toutes les fêtes, des balotchos comme des carnavalades, des pèlerinages et des fénétras.
Autrefois le
fénétra était une sorte de pardon qui se gagnait en visitant les maladreries des faubourgs ; plus récemment, ces dévotions devinrent des foires avec divers amusements, comme elles se font de nos jours. » 

Cal remarcar tanben que trobam sovent la declaracion dedicatòria « A ma lengo ». Emplega pas jamai lo mot « patés ». Pasmens sembla creire que las causas cambiaràn pas :

« Percevant peu, voire pas du tout, le recul de la langue, Vestrepain fonde sur l’occatinophonie encore massive de la population, bien établie, il est vrai, en ce milieu du XIXe siècle, les conditions d’un statut ontologique de l’occitan :

Tant que l’astre del jour lugrejara dins l’ayre,
Le pople parlara coumo a parlat sa mayre ;
Oui, tant que l’on beyra lusi les Tres-Bourdous
Et la luno argenta sa courso luminouso,
Le cèl fara brilla la lengo de Toulouso
Per entrumi le froun de sous acusatous !! »
(éd. 1860, 207)3 

Frederic Mistral ne fa una citacion dins Lou Tresor dóu Felibrige, al vocable TOURRIL (p. 1013) : 

« Des jouiouses dounzèls le rire e le babil
Quand aniran enfin li pourta le tourril. 

Tourril : soupe à l’oignon, que les gens de la noce apportent aux époux, au milieu de la nuit, en Gascogne. » 

En mai de la descripcion dels usatges de la societat de son epòca que balha a son òbra una valor etnologica, Vestrepain nos dona, a la fin de Las espigos de la lenga mondina, un Dicciounari des mots les pus escarriès del frances emplouyats ; plan segur es pas en grafia normalizada mas aquò nos permet de conéisser la fonetica del moment.
Es interessant tanben de remarcar :

« Dans son lexique, Vestrepain se souvient de Godolin et singulièrement de la déploration que le poète toulousain consacra à la mémoire du défunt roi Henri IV. Son incipit, « aouèy preni la plumo », rappelle les paroles de la Nymphe toulousaine (moundino) : « Ouëy tourni prene bent »  (v. 17). La séquence « m'endouloumo et m'esquisso le cor » (4) reprend en partie le vers 68 des Stansos de Godolin : « Les espauris, esquisso, endoulomo, moussègo » tandis que l’expression « la scarrioto mort » (6) est un écho de la « scarioto ma » de l’assassin Ravaillac (79)4


Lo renom de Vestrepain es perennizat per una estatua inaugurada en 1898 (Jardins de las Plantas de Tolosa) de l’artista Antonin Mercié e pel nom d’una carrièra de Tolosa.
En 1909 foguèt festejat lo centenari de sa naissença, (Le Petit Journal Illustré ne fa un panegiric dins son edicion del 26 de setembre).
Al Congrès Pierre de Fermat, Toulouse et sa région, lo canonge Josèp Salvat li rendèt omenatge a l’ocasion del centenari de sa mòrt (1965).
Lo renom de Vestrepain es perennizat per una estatua (Jardins de las Plantas de Tolosa) de l’artista Antonin Mercié e per lo nom d’una carrièra de Tolosa.
Coma o ditz Claude Barsotti dins Mémoire du pays : « Loís Vestrepain, par la présence d’un occitan écrit, a préparé l’avenir dans une Toulouse qui était encore bien endormie. »
Finala, trobam aquí un personatge plan dins son temps, plan integrat a la societat ont viu, d’umor gaujosa mas d’una sensibilitat bèla rapòrt a las misèrias del mond : per exemple, lo títol L’Anjo de Caritat es acompanhat de la mencion « Al benefici des paoures hountouses et del depot de mandicitat » e se sap tanben que faguèt un present al profèit de las victimas de l’afondrament d’un pont a Angièrs (Journal de Toulouse, 23 04 1850).


1. Dins « Une vie de pauvre ou de notable ? Louis Vestrepain et l’autobiographie en vers occitans  au XIXe siècle » (Actes de la journée L’écriture sans école : autobiographies ordinaires italiennes et françaises, Toulouse, 04 05 2018, à paraître), Jean-François Courouau balha en nòta :

Archives municipales de Toulouse, 1E245, f° 143. Dans cet acte, le père de Vestrepain est qualifié de cordonnier. Sa mère se nomme Marie Rouquette et l’enfant est prénommé Louis-Catherine. Les indications biographiques les plus fiables sont celles, très limitées cependant, contenues dans l’introduction à l’édition de 1911 de Las espigos de la lengo moundino procurée par Joseph Rozès de Brousse (1876-1960). Cette édition reprend à l’identique celle de 1860.

2. Veire Philippe Gardy et Philippe Martel Mémoires de pauvres.

3. Jean-François Courouau, « Une vie de pauvre ou de notable ? Louis Vestrepain et l’autobiographie en vers occitans  au XIX e siècle » (Actes de la journée L’écriture sans école : autobiographies ordinaires italiennes et françaises, Toulouse, 04 05 2018, à paraître)

4. Id.

Date de mise à jour : 2018-06-20 Aurélien Bertrand

Bibliographie et sources :

- Actes du XXIe Congrès Pierre de Fermat, Toulouse et sa région, 1965.
- Armand Praviel et Joseph Rozès de Brousse, Poètes languedociens de Toulouse, Toulouse, 1910.
- Claire Torreilles, Dorsièr « Recit de Fèstas », presentacion de Vestrepain, Lenga e Pais, n° 21, p. 66, CRDP Montpellier, 1991.
- Claude Barsotti, Mémoire du pays, Leis Amics de Mesclum, Chroniques parues dans La Marseillaise, http://www.amesclum.net/Memoria%20PDF/Lettre%20VW.pdf
- Fausta Garavini, La letteratura occitanica moderna, Firenze, Sansoni / Milano, Accademia, 1970, p. 105.
- Frederic Mistral, Lou Tresor dóu Felibrige, p. 1013.
- Jean Fourié, Dictionnaire des auteurs de langue d'oc de 1800 à nos jours, Aix-en-Provence, Félibrige, 2009.
- Le Journal de Toulouse, politique et littéraire, 1845, 1850, 1856, 1860.
- Le Petit Journal, supplément illustré du dimanche 26 septembre 1909.
- Louis Ariste et Louis Braud, Histoire populaire de Toulouse des origines jusqu’à ce jour, Toulouse, Le Midi Républicain, 1898.
- Lé Gril, Gazéto senmanalo dé la lengo poupulario é dé sounpatoués, Toulouse, n°43, 16-23 octobre 1892.
- La Terro d’òc, revisto felibrenco e federaliste publicado per l’Escolo Moundino (1898).
- Pedro Gaihard, « Vestrepain intime », La Belle chanson du pays de France et des pays d'oc, revue toulousaine, n° 8, p. 139, 1911.
- Robert Lafont et Christian Anatole, Nouvelle histoire de la littérature occitane, PUF, 1970, 2 vol., vol. 2, p. 527.

Colleccion

Commentaires

Pour pouvoir commenter ou poser une question, utilisez le formulaire ici